Le processus de multiréférentialisation tout au long de l’activité évaluative : Comment les enseignants attribuent du sens aux productions des élèves dans une épreuve?

Salvisberg, Miriam and Mottier Lopez, Lucie (2022) Le processus de multiréférentialisation tout au long de l’activité évaluative : Comment les enseignants attribuent du sens aux productions des élèves dans une épreuve? In: Pluralité de contextes, pluralité d'évaluations en éducation: quelles interactions et quesl enjeux?, 12-14 avril, Guadaloupe (France).

Full text not available from this repository.

Abstract

Cette contribution a le but de montrer et de problématiser le processus de multiréférentialisation, que les enseignants mobilisent pour attribuer du sens aux productions des élèves dans une épreuve certificative en mathématiques. Mottier Lopez (2017) définit la multiréférentialisation comme un processus situé qui se réalise pendant l’activité évaluative. Elle posture une relation de co-constitution entre repères (éléments que l’enseignant évoque tout au long de son activité évaluative en tant qu’arrière-fond interprétatif, mais non directement mobilisés pour interpréter les référés), référents (« ce par rapport à quoi» l’interprétation de l’enseignant se réfère de façon tangible) et référés (« ce à partir de quoi» sur les traces produites par l’élève l’interprétation porte). Les résultats de la thèse de Salvisberg (2021) mettent en évidence des référents de différents ordres qui ont des usages différents par rapport à la fonction certificative initiale de l’activité évaluative. Si certains référents sont plus spécialement utilisés pour attribuer des points et décider de la pertinence de la réponse de l’élève, d’autres sont mobilisés plus spécialement pour rédiger des commentaires formatifs, d’autres encore pour orienter l’analyse des démarches des exercices des élèves dans une approche holistique. L’intérêt d’analyser le processus de multiréférentialisation, en tant que processus situé et dynamique, est que les résultats obtenus permettent d’identifier précisément quand et pour quelle raison les enseignants sont susceptibles de mobiliser des référents autres que ceux qui sont directement liés à l’objet de savoir évalué (comme les critères d’évaluation), incluant d’autres dimensions pédagogiques ou pragmatiques. Nos résultats nous amènent à penser qu’il est ainsi possible de rendre les enseignants plus conscients des processus à l’œuvre dans leur interprétation des productions des élèves, y compris pour limiter les biais mis en évidence par les études docimologiques.

Actions (login required)

View Item View Item